05 novembre 2014

Bokashi (1er épisode)

Depuis quelques temps je réfléchissais au moyen de valoriser nos déchets verts (épluchures à 90%). 

Nous mangeons beaucoup de fruits et légumes, et même si certains sont bio et que leur peau est mangée, il reste toujours une belle quantité de déchets que je trouve pénible de jeter à la poubelle classique (diminution du volume des ordures ménagères = moins de sacs poubelle, moins de volume à brûler ou enfouir et peut-être un jour moins de tournées de collecte)

Nous avons la chance d'avoir une petite cour, mais ce n'est pas du tout possible d'y mettre un composteur classique (trop envahissant, et contraignant lors des déménagements).

J'ai donc pensé au lombricomposteur : composteur "propre" en intérieur, avec action des vers de terre pour ceux qui ne connaissent pas. Mais après recherches et réflexions, il conviendrait mieux à la cave, qui est moyennement accessible chez nous, et le suivi de ces petites bêtes ne m'enchante pas plus que ça...

Et là, l'article du formidable Idécologie m'est apparu (celui-ci précisément). J'y ai découvert une nouvelle façon de composter ses déchets verts en ville, en appartement : le bokashi.

Le principe est la décomposition anaérobique des matières organiques par des microorganismes efficaces. Il faut un seau fermé hermétiquement (anaérobie, pas d'oxygène) et des bactéries contenues dans du "son" (des paillettes) que l'on ajoute aux épluchures.

Théoriquement, après 2 semaines, on peut vider le seau en enfouissant le compost actif dans la terre (nous avons une petite plate-bande dans la cour qui accueillera volontiers cette matière riche), et après 4 semaines, tout s'est normalement transformé en terre...

On verra ce que ça va donner.

Je commence juste et suis très enthousiaste car le format est parfait pour ma cuisine.

20141105_103814

20141105_103905

20141105_103921

Posté par H e l à 10:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,